Pourquoi nous avons besoin des riches


L’Allemagne et la France constituent deux modèles industriels opposés.


L’Allemagne.

  • L’Allemagne accepte les riches. Le pays n’a jamais eu d’ISF et les fortunes des entreprises familiales sont protégées dans les transmissions entre générations. Le capital productif est préféré au capital immobilier car chacun sait que c’est l’entreprise qui crée la richesse pour tous.

  • Du fait d’un marché national « avec des riches » l’Allemagne a pu créer un marché national du haut de gamme. Mercédès, BMW, Audi, Machines-outils, …ne peuvent exister qu’ »en Allemagne car ce n’est qu’en Allemagne que ces marques peuvent disposer d’un marché national important.

  • Le marché du haut de gamme exige des hautes qualifications techniques, autorise de hauts salaires et engendre un fort pouvoir d’achat qui permet d’acheter les produits haut de gamme que l’on fabrique dans le pays.

  • Prix de vente élevé et haute qualification technique sont autant de caractéristiques qui protègent des délocalisations. L’Allemagne du haut de gamme ne connait pas le chômage car très peu de pays, voir aucun, ne peut prendre son travail.

  • La puissance du marché intérieur du haut de gamme constitue une excellente plateforme pour l’exportation favorable à la balance commerciale qui trône à +10% du PIB.

  • La compétitivité allemande par rapport à l’Euro a été améliorée de +7% en 18 ans et justifierait une réévaluation de près de 10%.

La France.

  • La France n’aime pas les riches. Le pays garde une âme égalitariste depuis la révolution et comme tout le monde ne peut pas être riche, on rêve de voir tout le monde avec le même revenu faible. Le pays chasse donc ses riches par les impôts. Nombreux riches partent ainsi avec leurs capitaux en Belgique et en Suisse mais aussi en Allemagne et aux USA.

  • Les entreprises familiales en phase de succession sont souvent vendues à des fonds d’investissement et les anciens propriétaires partent eux aussi se réfugier fiscalement à l’étranger.

  • En l’absence de riches, il ne peut pas y avoir de marché national pour les produits industriels du haut de gamme (hormis le luxe, les vins et les avions). L’égalitarisme nous pousse vers le bas de gamme.

  • Le bas de gamme exige de faibles qualifications techniques signifiant de bas salaires que l’on peut toujours trouver plus bas par les délocalisations ou par l’immigration.

  • Ainsi la stratégie française du bas de gamme conduit-elle notre pays au chômage. C’est la curieuse approche de justice sociale de certains de nos dirigeants.

  • Les bas salaires entrainent un faible pouvoir d’achat… qui exige toujours du plus bas de gamme et des importations toujours moins chères. C’est le cercle vicieux du déclin économique, de la pauvreté et du chômage.

  • Le bas de gamme ne permet pas l’exportation (il y a toujours des pays moins chers) et entraine ainsi une balance commerciale systématiquement déficitaire.

  • La compétitivité française par rapport à l’Euro s’est détériorée de -15% depuis 1999 et justifierait une dévaluation de 25% pour retrouver le niveau de compétitivité de l’Allemagne. C’est ce que nous avions l’habitude de faire depuis 50 ans, mais avec la création de l’Euro, nous ne pouvons plus recourir à cette facilité politique.


Schéma comparatif des logiques du bas de gamme et du haut de gamme


  • La stratégie de haut de gamme est la seule possible pour les pays développés.

  • Même la Chine, pays communiste, a compris que pour se développer il fallait des riches pour investir et pour créer des emplois.

  • ·L’idée de devenir riche donne des idées à tous ceux qui ont des capacités d’entrepreneur. A l’inverse, pourquoi entreprendre et pourquoi prendre des risques si c’est pour se faire confisquer le fruit de ses initiatives.


Pour faire face à la Chine qui monte en technologie et aux USA qui se replient,

Nous avons besoin des riches et d'un haut de gamme national.

  • Depuis qu’Adam Smith a émis ses théories économiques en 1776, l’avantage est à la spécialisation afin d’être le meilleur et le plus gros dans la production du produit choisi.

  • Avec l’Organisation mondial du commerce, la Chine avec ses 1 435 millions d’habitants équivaut, à elle seule, aux 35 plus grandes économies occidentales !

  • La logique économique voudrait que tout l’Occident se regroupe pour constituer une réponse de taille à la Chine. Ce serait la seule façon de créer les conditions d’une concurrence efficace.

  • L’Europe ne doit pas craindre de constituer des monopoles forts.

  • Nous ne pouvons pas sans cesse : nous sacrifier pour l'avenir des Américains, nous sacrifier pour l'avenir de la Chine, nous sacrifier pour l'avenir de l’Afrique et du Moyen-Orient, nous sacrifier pour le climat, nous sacrifier pour les fausses idéologies, …etc.

  • Pour relancer l’Europe, nous avons besoin de bonnes idées et de l’argent des riches.

Chers Amis Industriels, reconstruisons une industrie française du haut de gamme

Elle est essentielle pour sauver notre économie.

Jacques Leger


Réagissez en proposant un article pour le blog.

Merci de partager cet article avec vos amis de Facebook, LinkedIn et autres réseaux.

Nous collaborons aussi avec www.revonslafrance.com

Nos livres en version papier sont disponibles à la Fnac et sur Amazon.

Vous pouvez aussi acheter, pour 4€, la version E-Book de nos livres sur : www.numilog.com

Posts récents

Voir tout

Vers un nouveau monde

Conséquences du coronavirus Dernier article : N° 50 Le coronavirus rebat les cartes et oblige tout le monde à se repositionner. Que va devenir le monde après le coronavirus : Plus de solidarité ? Plus

Barenton Confiseur

Nous reprenons le titre du célèbre livre d'Auguste Detoeuf sur le bon sens. Nous vous en conseillons la (re) lecture. Article N°49 Supplément du jour : conséquences du coronavirus Il devient de plus

© 2019 par la maison d'auto-édition Publishroom