L'Intelligence Artificielle : Chine Vs USA

L’Intelligence Artificielle

« La plus grande mutation de l’histoire ».

Pour traiter d’un sujet qui va bouleverser le monde, nous nous appuyons sur le livre de LEE Kaifu (dont nous reprenons le titre aux Editions "Les Arènes"). L'auteur est un grand manager d’origine taiwanaise, ancien de Google, d’Apple et de Microsoft. Son diagnostic et ses perspectives rajoutent une couche aux lourds nuages noirs qui s’amoncèlent sur notre futur !

L’intelligence artificielle est « l’électricité » de demain, elle sera omniprésente et indispensable. Il nous faut développer dès maintenant les infrastructures qui permettront d’atténuer la violence du choc.


Systèmes Experts contre Réseaux de Neurones

  • Les partisans des systèmes experts ont essayé d’apprendre à la machine une multitude de règles mises au point par un cerveau humain.

  • Les partisans des réseaux de neurones ont directement tenté de reconstituer le cerveau. Leurs concepteurs abreuvent les ordinateurs de tonnes d’exemples d’un phénomène donné en les laissant repérer les régularités. C’est l’avènement du « Deep Learning ».

Pour le deep learning, quatre conditions sont indispensables :

  1. Une masse considérable de données pertinentes,

  2. Une très grande capacité de calcul.

  3. Un algorithme fort,

  4. Un domaine d’action limitée et un objectif bien défini.

Si l’Occident a allumé le brasier du deep learning, la Chine va accaparer l’essentiel de sa chaleur.

  • La recherche a surtout été faite par une élite de penseurs regroupés aux États-Unis.

  • La pratique a surtout été mise en œuvre par des équipes d’applications en Chine.


La Chine veut être le leader mondial de l’Intelligence Artificielle

La prédominance des applications par rapport aux découvertes scientifiques atténue l’un des principaux points faibles de la Chine.

  • L’analyse du champ de bataille relègue au second plan les chercheurs d’envergure mondiale, dont la Chine est dépourvue, tout en mettant l’accent sur une autre ressource cruciale dont la Chine dispose au contraire en abondance : les fameuses données.

  • La Silicon Valley apparaît comme une « bourgeoisie apathique » quand on la compare à ses rivales chinoises.

  • Les Chinois qui veulent réussir doivent s’adapter à un environnement où la vitesse est primordiale et où copier n’est pas tricher mais, selon la culture ancestrale, faire aussi bien que le Maître.


L’intelligence artificielle remplacera 40 % des emplois aux USA.

  • Le combat des deux superpuissances pour la suprématie numérique paraît presque insignifiant au regard des deux crises que l’intelligence artificielle va déclencher :

  • La crise des emplois qui vont disparaître en masse,

  • Et celle des inégalités qui vont se creuser, aussi bien au niveau national (entre classes) qu’international (entre Etats).

  • Dans les usines, l’automatisation permise par l’intelligence artificielle va priver les pays en développement du seul avantage économique qu’ils n’ont jamais possédé : une main-d’œuvre à faible coût.


Silicon Valley contre Gladiateurs Chinois


Aux États-Unis, les excellents instituts et universités sont occupées à produire des résultats scientifiques inédits qui concrétisent les extraordinaires changements économiques mondiaux promis par le deep Learning.

En Chine, ce sont des industriels pragmatiques et assoiffés de profits qui s’associent à des experts en intelligence artificielle pour mettre la puissance transformatrice du deep Learning dans de multiples secteurs d’activité du monde réel.


Les géants américains reculent face aux acteurs chinois.

  • Alibaba a viré eBay, Baidu a viré Google, WeChat a viré Facebook, Didi a viré Uber, Tujia a viré Airbnb, Alibaba a viré Amazon, Weibo a dépassé Twitter,… chacun en employant la même méthode : se relever les manches et apporter des services que les géants américains rechignent à apporter.

  • … dans l’arène du Web chinois, il faut tuer ou être tué. Tout le monde est disponible, y compris le samedi et dimanche, on répond à des SMS à toute heure du jour et de la nuit, les prises de décision « en équipe » sont permanentes………

  • …. aucun Américain ne peut supporter les conditions de vie des start-up chinoises.

  • Toutes les recherches (avantage aux Américains) sont disponibles en open sources dès leurs publications.

  • Mais la capacité de créer des applications adaptées aux clients (avantage aux Chinois) ne peut pas se copier-coller. C’est une muraille de protection.


L’internet chinois

  • Chaque ville chinoise (100 villes de plus de 1,0 million d’habitants et les plus petites) cherche désormais à développer des activités numériques liées à l’intelligence artificielle. Une prolifération inouïe d’aides gouvernementales à l’innovation vient attiser cette flamme.

  • Après « l’usine du monde », la Chine prépare « l’IA du monde ».

  • Les applications chinoises sont des écosystèmes complets et intégrés, obligés de se différencier, par la taille, par la prodigalité ou par l’efficacité à s’acquitter des tâches ingrates... généralement non prises en compte par les Américains.

  • Les entreprises chinoises peuvent compter sur un contingent d’internautes supérieur à celui des États-Unis et de l’Europe réunis.

  • Les start-ups chinoises recueillent des informations sur le monde réel, elles savent ce que vous achetez, ce que vous mangez, où, quand et comment, elles n’ignorent rien de vos visites chez l’esthéticienne, ni de vos moindres déplacements… car elles ont connaissance de tous vos achats, de tous vos paiements, de tous vos déplacements.

  • Les Chinois deviennent les champions du « online to offline ». Il s’agit de transformer des actions effectuées « online » en services disponibles dans le monde réel (offline).

  • L’Internet chinois est passé directement au Smartphone, sans passer par la case PC.

  • Tous les paiements par mobile (famille, amis, marchands, Etat…) sont possibles et sans frais.

  • Dans ce cadre, WeChat est devenu la première super-application du monde. Même les cadeaux du Nouvel An (les fameuses « enveloppes rouges) passent par WeChat !


La Chine a inventé « l’entreprenariat et l’innovation de masse ».

  • L’Etat chinois participe aux pertes des start-up qu’il finance, mais ne prend qu’une petite part des bénéfices potentiels.

  • Il s’agit de mettre un peuple entier au service du développement par l’innovation et de transformer le vecteur industriel si puissant de la Chine (celui qui livre le monde entier de tous ses produits chaque jour), en vecteur de l’innovation.

  • D’un bout à l’autre du pays, on voit des affiches, des banderoles, des articles de la presse officielle vantant les vertus de l’innovation et présentant les exploits des start-ups chinoises.


Les quatre vagues successives de l’intelligence artificielle


1-L’intelligence artificielle en ligne (équilibre USA-Chine),

L’IA sait s’adapter aux intérêts de l’internaute.


2-L’intelligence artificielle professionnelle (leadership USA),

L’IA dépasse les capacités humaines pour prendre des décisions spécialisées.


3-L’intelligence artificielle perceptive (Leadership Chine),

L'IA reconnait les objets et les visages.


4-L’intelligence artificielle autonome (équilibre USA-Chine).

Les machines qui étaient déjà automatisées peuvent devenir autonomes.


Quel monde pour demain ?

  • Les utopistes estiment que l’émergence de l’intelligence artificielle générale sera l’échappatoire tant attendue à notre condition de mortels. Ils prédisent que les hommes et les machines fusionneront complètement.

  • Les adeptes de la dystopie estiment que la super-intelligence ne sera pas le produit d’une évolution naturelle mais une création humaine. L’intelligence ne peut donc par conséquent pas être dotée des instincts de survie et de reproduction qui caractérisent les hommes et les animaux.


Les 4 vagues de l’intelligence artificielle pourraient élargir encore le fossé entre les riches et les pauvres.

  • Pour les techno-optimistes, l’histoire de l’industrie montre que la technologie améliore la productivité du travail et fait baisser le prix des biens et des services.

  • Contrairement à la vapeur ou à l’électricité, l’intelligence artificielle n’est pas synonyme de déqualification mais bien plus grave, elle est synonyme de suppressions d’emplois et de métiers entiers.


Si les machines font les mêmes choses que nous, qu’est-ce qui fera encore de nous des êtres humains ?

  • L’élite américaine est très en faveur du revenu universel de base (RUB). Cette solution ne remettrait pas en cause leurs statuts de privilégiés.

  • L’auteur propose la création massive de métiers « d’aide aux autres » à financer par des « impôts spécifiques sur les bénéfices tirés de l’intelligence artificielle » et de ses destructions d’emplois. Les casseurs seraient les payeurs.


Conclusions

  • L’Intelligence Artificielle arrive aux USA et en Chine, mais l’Europe est peu impliquée dans ce combat.

  • L'IA va métamorphoser le marché du travail dans les pays développés et supprimer l’avantage salaire des pays en développement.

  • L'IA constitue un autre changement considérable auquel nous devons nous préparer.

  • La lutte pour le leadership semble se limiter à deux candidats : Les USA et la Chine.

  • Il faudrait que nos dirigeants politiques européens, prennent conscience de ce qui se passe dans le monde et nous en protège.


© 2019 par la maison d'auto-édition Publishroom