Fiches 5 & 6 : Rapport d'étonnement d'un Extraterrestre visitant la France

L’Occident se croit indestructible, tout autant que Rome se croyait indestructible.

Un Extraterrestre en voyage en France a préparé 20 fiches pour faire son compte-rendu de son voyage aux habitants de sa Planète. Voici les Fiches 5 & 6.


5-Le manque d’investissement

  • « Les entreprises privées françaises investissent, mais le plus souvent, elles investissent hors de France car la France n’est plus compétitive en coût. Des efforts ont été faits récemment mais ils restent insuffisants. En 2020 la France va perdre la production de 400 000 véhicules automobiles (les 208, 2008, Clio V qui seront produits hors de France) et les milliers d’emplois qui y sont attachés.

  • En 2020, l’Etat vend les « Aéroports de Paris » et la « Française des Jeux » pour disposer du cash nécessaire pour investir davantage dans les technologies de demain. On vend les derniers bijoux de famille. Cela ressemble aux aristocrates en mal d'argent.

  • Le pays parle de faire un « Airbus des batteries » mais les montants investis (malgré une association avec l’Allemagne) sont de l’ordre de l’épaisseur du trait si on les compare avec ceux de la Chine, de la Corée et du Japon.

  • La France s’appuie encore sur les industries du luxe, de l’agroalimentaire et de l’aviation.

  • Il faudrait pourtant investir dans le réseau routier, dans le réseau ferroviaire pour desservir les zone rurales, il faudrait investir dans des écoles, dans des hôpitaux, dans des casernes, dans des commissariats de police qui tombent en ruines, dans des logements qui manquent, …mais la France n’a plus d’argent pour le faire et pour avoir plus d’argent, il faudrait travailler plus ! Un vrai cercle vicieux. Chaque politicien (ou politicienne) responsable du sujet attend de passer le dossier brulant à son successeur. Les usines sont fermées avec l'emploi quelles avaient créé, remplacées par des centres de logistique de produits importés du bout du monde. Ce sont les musées, les parcs de loisir et les camps de vacances qui sont les constructions les plus en croissance ! ».

6-L’absence de politique industrielle

  • « Cette situation pose la question de la politique industrielle de la France. Au cours des dernières décennies, le pays a été laminé par la Chine dans le bas de gamme et par l’Allemagne dans le haut de gamme.

  • Filature et habillement, industrie du bois (la France a pourtant la deuxième forêt d’Europe mais elle achète ses meubles), informatique, électronique, chaussures, sous-traitance de composants automobiles, productions pharmaceutiques, aéronautique, …sont partis en Chine. Le déficit de la France avec la Chine est de 28 Milliards d’€ chaque année.

  • L’Allemagne a fait main basse sur notre haut de gamme automobile et sur les machines-outils que produisait la France autrefois. Au final l’Allemagne présente une balance commerciale positive de 250 milliards €, quand la France présente une balance commerciale négative de 50 milliard €.

  • Les grands groupes français se vendent à l’étranger et disparaissent de la stratégie nationale : Péchiney (aluminium), Arcelor (acier), Alcatel (télécoms), Alstom (énergie), Technip (pétrole), Lafarge (ciment), …. pour ne citer que les plus importants. Et la chute continue. Ne parlons pas des grands groupes en difficultés (Areva, EDF, ….), même si ceux si appartiennent à l’Etat. Le pire semble encore être à venir !

  • Comment la France pourrait-elle relancer une stratégie industrielle sans argent et sans travail ? La Chine a montré l’exemple d’un redressement par la route du travail. L’Allemagne a montré l’exemple d’un redressement par la route de la valeur, de l’investissement et de l’innovation. Les Français passent leur temps à discuter quelle route ils doivent prendre !

  • En fait c’est l’artisanat qui semble intéresser le plus les Français. Les médias ne parlent jamais en bien des usines et des industriels, considérés comme de vilains capitalistes qui ne font qu’exploiter les travailleurs. La France reste dans le discours marxiste des années 1950 ! Les Français aiment les artisans qui réalisent des produits fabriqués à l’unité, à l’image du monde d’autrefois, mais qui ne contribuent que bien peu à l’économie du pays ».

A suivre .... mardi prochain.

© 2019 par la maison d'auto-édition Publishroom