Fiches 15 & 16 : Rapport d'étonnement d'un Extraterrestre visitant la France


Notre Extraterrestre en voyage en France continue la présentation de ses 20 fiches de compte-rendu de son voyage. Voici les Fiches 15 & 16. Nous approchons de terme de sa description.

15-Les impôts

  • La France est une machine à lever des impôts. Le pays en a même inventé certains, comme la TVA, la taxe sur la valeur ajoutée, qui ne manque d’ailleurs pas d’intelligence. Mais tous les impôts ne sont pas aussi vertueux.

  • L’Etat français, au global, dit avoir besoin de 1250 milliards € par année pour financer ses activités et ses responsabilités. C’est 56,5% de la richesse nationale. C’est le record mondial des prélèvements !


  • La France affiche 100 milliards d’impôts supplémentaires par rapport aux autres pays d’Europe et 200 milliards de dépenses publique en plus, à population égale.

  • Le Gouvernement français a inventé la « pose de la création fiscale ». Avec ce nouveau leitmotiv, il peut augmenter les impôts existants, à condition de ne pas en créer de nouveaux !

  • Les revenus du capital ont fait l’objet d’une « flat taxe » de 33%, permettant aux investisseurs de revenir investir en France. C'est une bonne chose.

  • L’impôt sur la fortune a été limité au capital immobilier considéré comme non-productif. Au cours des 40 dernières années, ce sont des milliers « de riches » qui ont quitté le pays pour aller s’installer ailleurs. C’est finalement la France qui a perdu au change.

  • Entre 1995 et 2015, le secteur immobilier a vu la pression fiscale lui incombant augmenter de 39 %. L’immobilier français supporte des impôts de 3,3 points de PIB alors que c’est seulement de 0,8 point du PIB en Allemagne.

  • Les impôts restent en France, la pomme de discorde entre les « pauvres » et les « riches ». Comme déjà dit dans ce blog « en France ce sont les citoyens qui ne paient pas d’impôts qui votent les impôts des citoyens qui en paient ». Il n’y a donc pas de raison que les impôts diminuent en France.

16-La haine des riches

  • L’affrontement « pauvres-riches », hérité du marxisme, reste plus fort en France que dans la plupart des autres pays occidentaux. Un président de la république a même déclaré « haïr les riches » au cours de la campagne qui l’a fait élire.

  • Les Français pointent sans cesse les inégalités de revenus, alors que la France est un des pays les plus égalitaires du monde ! La volonté d’égalitarisme (qui ne peut se faire que par le bas) reste très présente en France.

  • Des industriels ont été assassinés comme symbole de la machine capitaliste. Ce fut le cas de Georges Besse, Président de Renault, en Novembre 1986.

  • Et pourtant rappelons que l’écart de revenu entre les 10% les plus riches et les 10% les moins riches est réduite du coefficient X21 au coefficient X6 par l’impôt et par la redistribution. Ce n’est pas encore assez pour certains.

  • Réussir financièrement est mal vu si la richesse vient du travail dans des entreprises et pire encore de l'investissement. Par contre on a le droit d’être riche si on est comédien, footballeur ou chanteur.

  • Ainsi ce n’est pas tant l’argent que les Français haïssent que la manière de le gagner. La culture française hait l’entreprise ! Celle-ci reste pour une grande partie de la population le symbole de l’exploitation de l’homme par l’homme. Cette pensée est favorisée par le traitement du chômage en France qui fait que l’on peut « vivre sans travailler ». L’Etat entretient de ce fait, la haine de l’entreprise, pourtant la seule à créer des emplois productifs et à permettre le niveau de vie des Français.

  • Cette culture de la « haine des riches » n’est pas sans conséquence sur la situation industrielle du pays. Faute de riches, le marché du haut de gamme national n’existe plus. Une voiture haut de gamme ne peut pas être fabriquée en France car le marché national y est trop faible. Il faut aller l’acheter en Allemagne ou en Grande-Bretagne. Condamnée au bas de gamme, et au toujours moins cher pour des gens qui veulent toujours moins travailler, la France est condamnée aux délocalisations.

  • Ce refus du haut de gamme dans les produits industriels est d’autant plus curieux que les Français adorent le haut de gamme dans la mode, dans les parfums ou dans les bijoux ».

  • Quelle sera la goutte d'eau qui fera déborder le vase ?


A suivre ........ mardi prochain.

© 2019 par la maison d'auto-édition Publishroom