Fiches 11 & 12 : Rapport d'étonnement d'un Extraterrestre visitant la France

Nous entrons dans le seconde moitié du rapport de notre Extraterrestre en voyage en France. Voici les Fiches 11 & 12 parmi les les 20 fiches que notre visiteur a préparés pour son compte-rendu de son voyage aux habitants de sa Planète.

11-Le multiculturalisme et la dictature de la minorité

  • « Des millions de personnes (On ne sait pas exactement puisque le recensement ethnique est interdit par loi) vivent dans leur communauté, avec leurs coutumes propres et leurs langues natales. Il y a des quartiers chinois, des quartiers algériens, des quartiers turcs, des quartiers maliens, tchadiens, nigériens …. Chaque pays du monde a ainsi un bout de quartier, surtout à Paris et dans sa banlieue. Il suffit de s’y promener pour les voir.

  • Cette mosaïque des peuples se traduit bien sûr dans une mosaïque des cultures et dans une mosaïque de langues. Beaucoup d’enfants ne parlent le français qu’à l’école. Il n’est pas rare qu’une même classe scolaire regroupe des enfants vivants dans 15 ou 20 communautés culturelles et linguistiques différentes. L’enseignent dans ces conditions relève de l’exploit, pour ne pas dire du miracle.

  • Le "communautarisme" et le "séparatisme dans la République", se manifestent aussi par les pratiques alimentaires. On ne mange pas la même chose, selon que l’on est juif, chrétien ou musulman. C’est aussi le cas pour les pratiques vestimentaires. On s’habille selon sa communauté ou selon sa religion. Se multiplient ainsi des "épiceries par communauté", "des boucheries par communauté", des "magasins de vêtements par communauté", …etc.

  • Le communautarisme se traduit aussi par le droit ou les organisations concernant les femmes. Les docteurs hommes ne peuvent pas toujours traiter des femmes de certaines communautés. Il en est de même pour certaines piscines qui ne peuvent pas recevoir en même temps les hommes et les femmes.

  • Il apparait ainsi que le multiculturalisme détruit peu à peu l’union nationale, même en temps de paix. Le multiculturalisme, c'est le séparatisme organisé dans une République qui se veut (ou qui se voulait) une et indivisible.

  • Le multiculturalisme est aussi devenu la cause de nombreux attentats terroristes, certes limités, de membres d’une communauté envers des membres d’une autre communauté. La France déplore déjà plusieurs centaines de morts dans ce cadre.

  • Les Chouans réclamaient simplement la liberté d'exprimer leur catholicisme et les Huguenots n'ont jamais revendiqué d'autre droit que celui de pratiquer les rites de leur église réformée. Le XXIe siècle a ouvert la porte au séparatisme, car ce n'est plus seulement, comme au XIXe siècle, la liberté religieuse qui est demandée. Ce qui est désormais en jeu, c'est la construction de mondes séparés, chacun avec son propre peuple, sa propre langue, sa propre foi, son propre droit, et sa propre autorité, même si celle-ci est celle d'un pays étranger.

  • Pendant des siècles et même pendant des millénaires, la paix civile a été garantie par le principe : « une nation, c’est un peuple, un territoire, une langue, une loi, une foi ». Cette unité nationale a entrainé, des disparités entre pays, à l’origine de guerres entre Etats. En créant des nations multiculturelles, on a regroupé sur un même territoire, plusieurs peuples, plusieurs langues, plusieurs lois et plusieurs fois, quand ce n'est pas plusieurs autorités. Ce n’est plus le monde qui est désormais hétérogène, mais c'est chaque nation qui l’est devenue. Ce n'est donc plus entre Etats que l’on risque de se faire la guerre désormais, mais bien entre entités séparées de la même nation. C’est ce qu’on appelle la guerre civile.

  • Multiculturalisme, démocratie et égalité ont engendré un autre phénomène : celui de la dictature de la minorité. En effet, en démocratie mono-culturelle, la majorité l’emporte, sur la minorité qui l’accepte. Mais dans une démocratie multiculturelle, chaque minorité refuse de changer sa règle, sous prétexte qu’elle ne correspond pas à celle votée par une majorité qui ne la représente pas. Le droit de la minorité, est le droit (bien que non démocratique dans son principe) à ne pas subir la loi de la majorité. Cette tendance s’est développée avec l'omniprésence des droits de l'Homme, donnant naissance à ce que l’on peut appeler « la dictature de la minorité » (et c’est bien une dictature, puisqu’elle est imposée par une minorité à une majorité, sans passer par le vote) ».

12-Sauver toute la misère du monde

  • « Dans le passé, pendant des siècles en Occident et en France, c’était l’église qui assurait l'éducation et l’équilibre social des pays. Lors de la Révolution, ce rôle de l’église est devenu insupportable « aux républicains ». La république a alors confisqué les biens de l’église, laissé les prêtres sans rémunération (alors que c’était la contrepartie de la nationalisation des biens de l’église), martyrisé et tué des milliers de prêtres et de nonnes, pour essayer d’éradiquer cette église insupportable qui voulait jouer un rôle dévolu à la république.

  • La république a alors voulu remplacer l’église dans son rôle social, médical et scolaire. Mais la république n’est pas l’église et ce qui avait été possible avec la générosité de milliers de religieux et de religieuses, ne l’était pas aussi facilement avec des fonctionnaires. D’autant que la république, ancrée dans son universalisme des droits de l’homme, avait laissé venir en son sein tous les miséreux du monde au faible pouvoir d'achat, tous les réfugiés des pays en guerre et aussi tous les politiquement indésirables de beaucoup de pays du monde.

  • Outre ces personnes venant en France, avec pas grand-chose et souvent avec rien du tout, la France avait ses propres pauvres. Il a fallu financer tout cela. Bien sûr nombreux immigrés (surtout ceux de la première génération) ont pris un travail, et même, le plus souvent, un travail difficile que les Français locaux ne voulaient pas faire (travaux de bâtiments, chantiers, travaux publics, taxis, employés de restauration …).

  • Il a fallu démultiplier les budgets sociaux. Le budget d’aide sociale de la France représente à lui seul 15% des budgets sociaux de l’humanité, alors que la France ne représente que 1% de la population mondiale ! Il y a-t-il un pays plus « Fraternel » que la France ?

  • Cette attitude aurait pu paraitre généreuse si les Français avaient financé ces actions par leur travail. Ce n’est malheureusement pas le cas. La France est généreuse à crédit ! C’est la dette et le déficit à répétition qui financent les budgets sociaux, mais pas le travail ! Ainsi ce seront les enfants et les petits-enfants des Français soi-disant généreux qui devront payer la facture ! ».

A suivre ...... mardi prochain.

© 2019 par la maison d'auto-édition Publishroom