Débat National : 1-Les impôts et les dépenses publiques

Mis à jour : 3 avr. 2019


Monsieur le Président de la République,

Monsieur le Premier Ministre,

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Mesdames et Messieurs les Députés

Mesdames et Messieurs les Sénateurs,

Cher lecteur industriel,


Après avoir présenté et commenté notre modèle économique national ces deux dernières semaines, nous profitons de l'initiative du Grand Débat National pour présenter nos propositions aux 35 questions.

La Newsletter de cette semaine portera sur le premier sujet proposé par Monsieur le Président de la République : les impôts et les dépenses publiques.


Ce premier chapitre est sans doute le plus important, car c'est lui qui fournira les moyens de mieux faire tout le reste. Le redressement du pays sera difficile et ne pourra pas se contenter de mesures qui plairont à tout le monde. Tout au contraire, les mesures à mettre en place, dans l'urgence et de manière apaisée doivent représenter un effort important pour tout le monde. Il s'agit de remonter un escalier que nous descendons depuis 50 ans. Et bien sûr, remonter la pente est plus difficile que la descendre. Les deux prochaines générations auront à charge de payer les erreurs commises par les deux générations précédentes.


1-Comment pourrait-on rendre notre fiscalité plus juste et plus efficace ?

  • Il convient d'abord de mettre plus de gens au travail, pour générer plus d’heures de travail et créer plus de richesse nationale, pour avoir à collecter moins d’impôts à payer par les uns pour financer les besoins des autres.

  • Il faut refondre les droits de succession sur les entreprises et sur la propriété de leur capital afin d'éviter les expatriations fiscales ou les ventes à des tiers pour financer les impôts de succession.  Copier à cet effet le modèle allemand qui exclut tout droits de succession quand le capital de l'entreprise reste dans la famille.

  • Il devient urgent de procéder à une harmonisation fiscale à l'échelle européenne afin d'éviter le dumping fiscal entre membres de l'Union européenne.

  • De même que l'économie d'énergie est la meilleure solution énergétique, l'économie de dépense publique est la meilleure solution fiscale.I

  • l convient aussi de dépenser moins dans de nombreux domaines : aides sociales au non-travail, médicaments illimités, nombre de retraités, nombre de fonctionnaires, niveau de salaire des hauts fonctionnaires,..... Moins de dépense à financer sera le meilleur moyen d'avoir besoin de moins d’impôts à collecter.

  • Il serait juste de faire financer les dépenses de fonctionnement des prisons par les détenus eux-mêmes ou par leur famille, puisque ce sont eux qui les ont engendrées.

  • Il faut aussi demander un dépôt de garantie avant toutes les manifestations, afin de pouvoir rembourser les destructions qui pourraient en résulter.

2-Quels impôts faut-il à vos yeux baisser en priorité ?

Pour réellement réduire les impôts :

  • il faut d'abord réduire la dépense publique de 1250 milliards € à 1050 milliards €, soit une économie de 200 milliards €, représentant une réduction d'environ 15%.

  • Première priorité : réduire l’impôt sur le revenu des particuliers afin de redonner du pouvoir d'achat à ceux qui travaillent. 

  • Deuxième priorité : réduire l'impôt sur les sociétés pour le ramener de 33% à 25% afin de faciliter l'investissement.

  • Troisième priorité :  réduire tous les taux de TVA pour donner du pouvoir d'achat.

  • Quatrième priorité : réduire le taux de CSG pour mieux responsabiliser.

3-Quelles sont les économies qui vous semblent prioritaires à faire ?

  • A l'image de l'Allemagne qui a eu le courage de le faire pour relancer son économie, nous devons repenser les aides sociales liées au non travail (RSA, jours de carence, ..) afin de ne pas alourdir les charges qui pèsent sur ceux qui travaillent.

  • Dans le même cadre, nous devons repenser les aides accordées aux faux-chômeurs en étant plus exigeant sur les recherches et les acceptations d'emplois. Là aussi nous devons suivre le modèle allemand.

  • Nous devons alléger le budget des retraites en repoussant progressivement de 5 ans l’âge de la retraite et en réservant les emplois « plus faciles » aux plus de 62 ans. 

  • Nous devons réduire le nombre de fonctionnaires de 150 000 par an pendant 10 ans en les transférant au privé et en accélérant la transition numérique dans l'administration.

  • Nous devons réduire les dépenses de santé en rendant tout le monde plus responsable de la dépense (économie d’au moins 10%). Nous proposons de calculer le budget santé de chaque citoyen pour l'aider à prendre conscience des frais pris en charge pour lui par la communauté.

  • Nous devons réduire le budget de la culture de 30% en se concentrant sur l'essentiel. Notre pays n'a plus les moyens d'ouvrir sans cesse de nouveaux musées, alors qu'il ferme la plupart de ses usines.

4-Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ?

  • Nous faisons certainement trop de choses en double. Il faut les identifier et les supprimer.

  • La fonction publique ne doit conserver que des emplois efficaces. Quand on est en perte on doit faire des économies et séparer le nécessaire du superflu.

  • Nous devons repenser les monopôles de 1946 (SNCF, Poste, RATP, EDF, …) et trouver le moyens de les rendre plus efficaces, ainsi qu'ont dû le faire toutes les sociétés soumises à la concurrence.

5-À l’inverse, voyez-vous des besoins nouveaux de services publics et comment les financer ?

  • Comment notre pays qui se veut la lumière du monde peut-il privilégier l'assistance aux personnes en bonne santé, mais qui préfèrent les loisirs au travail, au détriment du service à certaines personnes malades et aux handicapés ? Il y a quelque chose de sérieusement détraqué dans notre hexagone national !

  • Nous devons effectivement assurer une bien meilleure prise en charge des handicapés et de leur famille (autisme, AVC, trisomie, ..). 

  • Nous devons consacrer un budget plus important pour la Sécurité et pour la Défense. 

  • Nous devons aussi consacrer un budget plus important à la Justice.

  • Nous devons mieux prendre en charge les personnes âgées dépendantes. 

  • Nos efforts de recherche doivent être largement augmentés pour faire face aux défis technologiques en cours.

  • Nous pourrons facilement assurer ce supplément de dépenses indispensables en dépensant moins pour les retraites, moins pour les fonctionnaires, moins pour les aides sociales et moins pour le chômage de confort.

6-Comment mieux organiser notre pacte social ?

  • Notre société doit savoir dire "halte à l’assistanat".

  • Donner la possibilité de vivre sans travailler est la pire des injustices sociales tant pour ceux qui sont ainsi abaissés au rang d'assistés, que pour ceux qui doivent travailler pour les autres, alors même qu'ils manquent de ressources pour eux-mêmes.

  • Notre société doit appliquer les mêmes règles de retraite pour tous les Français.

  • Notre première priorité est de donner au pays plus de travailleurs marchands (Actifs moins fonctionnaires et moins chômeurs). La France dispose de seulement 28% de travailleurs marchands, alors que l'Allemagne, le Royaume Uni et les USA en ont 40%. Nous devons chaque année  augmenter de 1 à 2 points le % de travailleurs marchands dans notre pays, jusqu'à atteindre 40% de la population, soit un transfert de 8 millions de personnes du statut de non-marchand, au statut de marchand.

  • La règle de 40% au moins de travailleurs marchands doit figurer dans notre constitution, au même titre que l'équilibre budgétaire.

  • Nous devons en outre mieux rémunérer certaines professions (infirmières, enseignants qualifiés, agents de police..).

  • Ces mesures de justice sociale pour remettre le travail au coeur des Français réduiront fortement le taux horaire en France et faciliteront d'autant le retour de la croissance et donc de l’emploi.Le pays tout entier doit se mettre au service des entreprises et des travailleurs marchands, dernier rempart avant notre effondrement financier.

  • La stratégie du pain gratuit et des jeux n'a jamais conduit les civilisations au succès.

7-Quels objectifs définir en priorité ?

  • Priorité 1 : donner à tous les Français le désir de créer leur entreprise et de procurer ainsi des emplois pour leurs voisins au chômage.

  • Priorité 2 : mettre un frein à l’assistanat des gens valides qui constitue une injustice et un manque de respect envers les capacités humaines.

  • Priorité 3 : rendre moins faciles les indemnités de chômage de confort en mettant en place le modèle allemand.

  • Priorité 4 : augmenter le temps de travail de tout le monde, d'abord en mettant les privilégiés aux 35 heures réels, puis en mettant tout le monde aux 39 heures. Faute de richesses dans notre sous-sol, seul le travail peut remettre sur pied l'économie du pays.

  • Priorité 5 : repousser l’âge de départ à la retraite à 67 ans pour tous en réservant les emplois les plus faciles aux employés les plus âgés.

Chers amis industriels, réinventons notre économie.

Merci à ceux qui sauront le faire, de transmettre nos propositions au Chef de l'Etat et au Gouvernement, et à mardi prochain, si vous le voulez bien, pour poursuivre nos réponses aux 35 questions posées par le Président de la République.

Jacques Leger, avec l'aimable collaboration de Patrice Brion.


Nous publions sur le "rond-point" du blog l'article d'un lecteur répondant à l'appel des Evêques de France au sujet des "gilets jaunes". L'article vous intéressera sûrement.

Réagissez vous aussi en proposant un article pour le blog.

Merci de partager cet article avec vos amis de Facebook, LinkedIn et autres réseaux.

Retrouver tous nos articles sur : https://www.homo-industrialis.com/

46 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

Vers un nouveau monde

Conséquences du coronavirus Dernier article : N° 50 Le coronavirus rebat les cartes et oblige tout le monde à se repositionner. Que va devenir le monde après le coronavirus : Plus de solidarité ? Plus

Barenton Confiseur

Nous reprenons le titre du célèbre livre d'Auguste Detoeuf sur le bon sens. Nous vous en conseillons la (re) lecture. Article N°49 Supplément du jour : conséquences du coronavirus Il devient de plus

© 2019 par la maison d'auto-édition Publishroom